Saviez-vous que la résilience fait partie des Top 10 compétences à développer pour 2025, selon le World Economic Forum? Pour quelles raisons? Ces 10 compétences contribuent à faire de nous des leaders plus agiles, donc plus efficaces à faire face au changement.

Mais ça veut dire quoi au juste être résilient? C’est tout simplement notre capacité à rebondir après une période difficile ou à naviguer durant les situations de stress intense. J’aime bien la métaphore du chêne et du roseau utilisée par Pascale Brillon, psychologue clinicienne et professeure en psychologie. Le roseau est plus résilient, car il va plier sous des vents violents, mais reprendra sa forme par la suite.

La notion de stress elle-même est importante, car le stress est un mécanisme qui vise à nous faire réagir et à nous protéger. Donc, il est censé être bon pour nous. En revanche, sa durée a une grande importance et on doit faire la distinction entre le stress aigu (qui nous permet de fuir ou d’affronter un danger) et le stress chronique (qui perdure dans le temps et qui a des incidences sur notre santé). Selon le Center for Health Care Strategies, le stress intense a des effets négatifs durables sur le fonctionnement d’un individu et sur son bien-être mental, physique et/ou émotionnel. Cependant, il est important de savoir que certaines personnes auront beaucoup plus de facilité que d’autres à rebondir à la suite d’un stress intense.

Erwan Deveze dans son livre 24H dans votre cerveau, résume le stress par cette équation : Stress = Stresseur (facteur externe) X Stressabilité (ressenti interne). C’est donc en réduisant notre stressabilité, qu’on arrive à diminuer le stress.

Si certains facteurs favorisent la résilience, d’autres vont la freiner, comme notre niveau de stressabilité, ainsi que l’absence de liens sociaux, professionnels et culturels. Selon une étude de Harvard, ce qu’on pense et comment on réagit au stress fait une grande différence. Par exemple, on peut voir le stress comme utile à surmonter un obstacle ou comme un signe que notre corps a été stimulé pour nous préparer à relever un défi. L’étude démontre aussi que le stress sécrète les hormones qui nous rendent sociables. Comme vous l’avez sûrement remarqué, lorsqu’on traverse une épreuve difficile avec d’autres, ça crée des liens très forts. Ainsi, en modifiant nos pensées et nos réactions face au stress et en choisissant de connecter avec les autres, on diminue notre stressabilité et on améliore notre résilience.

La bonne nouvelle, c’est que la résilience ça se développe. Je vous invite donc à adopter de nouvelles habitudes ou rituels de résilience qui auront un impact sur vos pensées, vos émotions et votre corps, c’est-à-dire : faire de l’activité physique (aérobique), avoir une pratique de recentrage (relaxation, méditation, etc.), faire des activités créatives et connecter avec votre réseau dès que l’occasion se présentera!

 

 

par Valérie DesRoches
Coach en gestion et leadership
icon-linkedin.png

Biographie

 

Après avoir travaillé pendant plus de 20 ans en grande entreprise où elle a occupé des postes exécutifs et mis sur pied avec bienveillance des équipes mobilisées, inclusives et performantes, Valérie DesRoches est maintenant coach d’affaires en gestion et leadership. Membre de CREW M, elle aide les femmes d’affaires passionnées, ouvertes et engagées à être la meilleure version d’elles-mêmes, afin de devenir des leaders d’exception.