Le comité membership de CREW M a le plaisir de vous présenter l’entrevue avec Émilie Esber, vice-présidente, Affaires juridiques chez Immostar

Q En débutant, je souhaiterais que vous fassiez un survol de votre parcours professionnel. À quel moment vous êtes-vous intéressée à l’immobilier?
 

R

 

J’ai commencé très jeune à m’intéresser à l’immobilier. Je voulais partir de chez mes parents, mais je ne voulais pas payer de loyer à un propriétaire, alors je me suis mise à la recherche d’un immeuble résidentiel. Suivant les conseils de mes proches, j’ai fait l’acquisition de mon premier immeuble à 19 ans. Je l’ai rénové de A à Z, en plus d’en faire la gestion. C’est cette expérience qui a confirmé et renforcé ma passion pour l’immobilier.

J’ai fait mes études de droit en sachant que je voulais pratiquer dans le secteur immobilier. J’ai cumulé les emplois étudiants, tous reliés à l’immobilier, que ce soit dans un bureau de notaire ou au registre foncier. J’ai commencé ma carrière en travaillant pour un promoteur immobilier qui faisait de petits projets et j’ai ensuite été embauchée chez Immostar comme avocate junior. C’est là que ma carrière a décollé.

Le service juridique s’est effrité avec le temps avec le départ de plusieurs collègues vers de nouveaux défis et j’ai saisi l’opportunité de présenter ma candidature pour le poste de directrice, Affaires juridiques. J’étais jeune et j’avais peu d’expérience, mais j’avais la motivation, la passion et l’ambition d’occuper ce poste. Immostar m’a fait confiance et m’a donné ma chance de briller. J’ai travaillé très fort pour rebâtir l’équipe interne et rassembler des avocats externes qui collaborent avec moi et que j’appelle ma garde rapprochée.

Il y a deux ans, à mon retour de congé de maternité, j’ai été promue vice-présidente, Affaires juridiques. Cela fait maintenant près de 10 ans que je travaille pour Immostar avec autant de passion qu’au tout début. Je m’implique partout où je peux dans l’entreprise avec l’envie de contribuer à sa croissance. Je suis fière de travailler pour un promoteur qui a à cœur le bien-être des occupants de ses projets immobiliers.

Q Y a-t-il eu un tournant inattendu dans votre carrière, une personne, un événement marquant ou une étincelle magique?
 

R

 

Mon étincelle pour l’immobilier, je l’ai toujours eue. Mais je dirais que le fait qu’Immostar a cru en mes capacités et mon leadership, au début de ma carrière, est l’élément qui a propulsé mon ascension et qui a contribué à alimenter ma passion pour l’immobilier. Quand je suis arrivée dans l’équipe, le vice-président, Affaires corporatives m’a pris sous son aile et m’a coachée, parfois à la dure! Il a su me transmettre de nombreux outils, mais surtout, il m’a donné la confiance de ne pas avoir peur de mon ambition et d’assumer mes opinions. Il m’a permis de gagner en assurance afin que je prenne la place que je méritais. J’ai rapidement gravi les échelons chez Immostar et je n’arrêterai pas de le faire!

Plusieurs considèrent qu’après un poste de VP, il n’y a plus de place à la croissance au sein d’une entreprise. Je le vois autrement puisque j’ai davantage d’influence dans l’organisation et j’ai envie de la mettre à profit en développant différents comités, en améliorant les processus et la communication entre les équipes. Je ne m’arrête pas à ma description de tâches.

Q Quelle est la réalisation professionnelle qui vous procure le plus grand sentiment de fierté? 
 

R

 

Ça peut paraître étrange, mais être avocate en immobilier pour un promoteur innovant, ça me permet d’exercer ma créativité dans mon domaine en intervenant à plusieurs niveaux dans le développement du projet afin de ficeler le côté légal et réaliser la vision souhaitée du projet. Je suis extrêmement fière d’avoir participé au projet Mu à Québec, un projet immobilier de 464 unités résidentielles rendu possible grâce à un assemblage de 16 propriétés. Ce projet représente plusieurs premières fois pour moi : plus grande complexité de structure de transaction, plus gros financement, plus grande complexité des documents juridiques. Nous avions prévu les délais initiaux et nous avons réussi à les respecter jusqu’à la toute fin! Aujourd’hui, l’immeuble est construit, il est beau, il est occupé et je suis extrêmement fière d’y avoir participé.  

Un autre projet qui me rend extrêmement fière, c’est la mise en place du fonds Immostar en avril 2022 qui était un souhait de longue date d’Immostar. J’ai piloté le projet dès ses débuts en travaillant à mettre en place la documentation juridique d’un fonds de développement et de détention alors que ce type de fonds est novateur. Je suis fière de dire que le Fonds a suscité énormément d’intérêt, ce qui nous a poussés à devoir augmenter la valeur de ce dernier de près du double afin de permettre l’intégration de tous les partenaires qui partagent la même vision qu’Immostar, soit de faire place à l’importance de l’environnement et du bien-être de l’occupant dans chacun des projets. Le premier projet du Fonds Immostar vient d’être annoncé; le 1070 Cap-Rouge, un projet multirésidentiel qui complètera le redéveloppement majeur de la propriété Cité Cap-Rouge amorcé lors de l’acquisition.

Q Sur un plan plus personnel, où pouvons-nous vous trouver quand vous souhaitez relâcher la pression liée au travail?
 

R

 

Comme ma carrière intègre ma passion pour l’immobilier, ce n’est pas un secret que j’ai de la difficulté à décrocher! Mais, j’ai découvert une passion pour le jardinage, car ça me permet de faire le vide. Quand tu jardines, tu ne peux pas aller plus vite que la nature. Il faut laisser le temps agir pour récolter le temps venu. Ça me ground.

Autrement, je trouve toujours du temps, souvent tard le soir, afin de confectionner des gâteaux dignes de Pinterest pour le plaisir de mon entourage. La concentration que requiert la cuisine me permet de me détacher, le temps d’une recette, de ma vie professionnelle. Ça me permet aussi de passer du temps avec mes filles que j’implique beaucoup. C’est d’ailleurs par la cuisine que ma fille a appris les fractions. Elle a rapidement réalisé que les erreurs de calcul ne donnent pas les mêmes résultats!

Q Quel serait votre souhait pour le domaine de l’immobilier dans les années à venir?
 

R

 

Je souhaiterais que le respect de l’environnement et de ses occupants soit davantage mis de l’avant par les promoteurs. Plusieurs ont pris le virage vert, mais je considère qu’il est essentiel de construire des projets qui vont perdurer dans le temps et bien vieillir. J’espère voir plus de projets de redéveloppement qui pourront donner une nouvelle pertinence à un terrain ou un bâtiment dévitalisé. On est capable de densifier, de modifier, de mettre des espaces verts. Quel plaisir de voir un immeuble changer d’usage, d’en faire un projet plus vert qui réduit l’empreinte environnementale!serait votre souhait pour le domaine de l’immobilier dans les années

Q Depuis combien d’années êtes-vous membre de CREW M et en quoi CREW M est-il bénéfique pour votre développement professionnel?
 

R

 

Ça fait environ sept ans que je suis membre de CREW M. J’ai participé au programme de mentorat il y a quelques années et j’ai développé une super belle relation avec mon mentor. On s’appelle encore à ce jour! C’est cliché, mais être une femme en immobilier, ça demande de la drive. Il faut que tu prennes ta place et avoir un mentor masculin, ça m’a aidée. Il m’a aidée à m’assumer et m’a poussée à avancer en pleine confiance jusqu’au poste de vice-présidente, Affaires juridiques.

Aujourd’hui, je m’assume pleinement dans mon poste et je souhaite à tout le monde d’avoir la chance d’être bien épaulé dans son cheminement professionnel – c’est ce que CREW M m’a permis avec son programme de mentorat.